You are currently browsing the tag archive for the ‘martiniquais’ tag.

Les Juniors ont fait eux aussi leur Carnaval à Fort-de-France!

Les photos à découvrir sur France-Antilles.fr

Publicités

Carnaval de Martinique

Le Carnaval Antillais s’inscrit dans une tradition carnavalesque universelle.
Mais les influences qu’il a subi sont plus spécifiquement européennes.
Les festivités carnavalesques s’organisent à compter du dimanche qui suit l’épiphanie pour atteindre leur paroxysme lors des jours gras.

Quelques mots d’histoire
Aux Antilles, le Carnaval a été introduit en Martinique à Saint Pierre par les français catholiques du 18ème siècle.
Au 17ème et au 18ème siècle, il était réservé aux riches colons et donnait lieu à de somptueuses réceptions masquées.
C’est seulement après l’abolition de l’esclavage en 1848 que le carnaval se démocratise et acquiert un cachet particulier grâce à l’influence des anciens esclaves qui ont enrichi cette fête de leurs croyances, mais aussi de leurs instruments de musique : tambour, cha-cha, ti-bois….
Le carnaval de Saint Pierre
De 1848 à 1902, c’est le carnaval de Saint Pierre qui est particulièrement réputé en Martinique qu’alors même que cette fête était placée sous le signe de la discrimination.
En effet, d’un côté les colons et leurs bals masqués, soirées privées, banquets qui s’affichaient dans de somptueux costumes, et de l’autre, les réjouissances et vidés nègres.
Le carnaval après 1902
Après la catastrophe de Saint Pierre, le Carnaval s’est arrêté deux ans dans une Martinique occupée à pleurer ses morts et à reconstruire.. Puis c’est Fort de FRANCE qui devient le pôle du Carnaval sans toutefois avoir l’éclat et la renommée de celui de Saint Pierre.
Le Carnaval aujourd’hui en Martinique
Le Carnaval commence le dimanche suivant l’Epiphanie et gagne progressivement en intensité pour être à son apogée les jours gras.
Le roi du Carnaval « vaval » (mannequin satirique à l’effigie d’un politicien, d’un personnage en vue ou d’une institution) est promené dans les rues en tête d’une foule en liesse organisée en « vidés ». Aux côtés de Vaval défilent les reines du Carnaval élues dans les différentes communes (dans chaque commune est élue une mini-reine, une reine et une reine-mère).
Chacun des jours gras est rituellement organisé par une mise en scène particulière.

Le lundi gras est le jour du mariage burlesque . Des maris gringalets défilent au bras de matrones. Les hommes sont déguisés en femmes et les femmes en hommes.

Le Mardi Gras est un jour marqué par les défilés des diables rouges à l’image du feu de l’enfer.Le déguisement du diable est une salopette de toile rouge recouverte de dizaine de petits miroirs et affublée d’une longue queue à grelots. Le Diable tient une fourche et sa tête est recouverte d’un masque connu.

Le mercredi des Cendres est un jour de carnaval comme les autres réservé aux joyeuses pleureuses en habits noirs et blancs (les diablesses).Le Carnaval se meurt et l’on brûle Vaval à la tombée de la nuit. C’est la fin des festivités et l’entrée dans la période d’abstinence et de rigueur du Carême qui s’étend jusqu’à Pâques .

Le carême fait de restrictions et privations correspond à l’époque de la saison sèche en Martinique.
Pendant toute cette période, l’on mange plutôt maigrement et l’on bannit la viande de sa table le vendredi. La tradition veut que l’on ne danse pas, que l’on n’écoute pas de musique et que les célébrations de mariages et de fêtes n’aient pas lieu à cette époque de l’année.

 

Dimanche 21 février au Grand Carbet du parc culturel Aimé Césaire, la salle remplie, le public passionné en admiration, les candidates inspirées comme chaque année…

Fort-de-France a choisi sa Reine du Carnaval parmi 18 candidates.Le jury avec le public sur le thème de la biodiversité ont arrêté leur choix sur Clarisse FONTELINE originaire du quartier de Dillon au poste de reine du carnaval de Fort de France.

Voici les résultats:
Reines

Reine: Clarisse Fonteline
Première dauphine: Marie Nathalie Robin – Sellaye
Deuxième dauphine: Anais Alexandrine

Mini reines

Reine: Laury Branchet
Première Dauphine: Yviane Versol Nebon
Deuxième dauphine: Nelsia Fontane

Reines mères

Reine: Lucie Lanoix
Première dauphine Reine Christiane Thésée
Deuxième dauphine: Jeanne Jacquens

Source: fortdefrance.fr

Dans le cadre de l’Année des Outre-mer, de nombreux évènements mettront à l’honneur durant toute l’année 2011 l’extraordinaire richesse artistique et culturelle des territoires ultra-marins. L’occasion pour la Martinique de faire découvrir sa gastronomie haute en couleurs et en saveurs à travers plusieurs événements : le Salon de l’Agriculture, la Foire de Paris, le trempage show, le festival « Terroirs et Saveurs » de Sainte Marie et bien d’autres.

Le Salon de l’agriculture célèbre dans ses allées pendant huit jours la richesse et la diversité des produits ultramarins à travers des espaces spécialement aménagés pour l’Année des Outre-mer et l’organisation de nombreuses animations prévues en partenariat avec l’ODEADOM (Office de Développement de l’Economie Agricole d’Outre-Mer).

Le 22 février était la journée de la Martinique, où jeux, animations culturelles et artistiques, dégustations de bananes, de melons, de punchs, planteurs et accras ont rendu cette journée inoubliable….et ce n’est que le début!


 


 

Toujours désireux d’aller plus loin dans la réalisation de ses évènements nautiques de qualité et satisfaire un public de plus en plus nombreux, le comite de Jet Attitu’d à l’honneur de faire savoir qu’ils sont maintenant affiliés à la Fédération Française de motonautisme.

Déjà affiliés  à l’UFOLEP qui les a accompagné dans la mise en place des quelques 7 manifestations  sous leurs couleurs entre juillet 2009 et janvier 2011, ils peuvent maintenant:

Permettre aux pilotes qui participeront au championnat du monde de courir sous les couleurs d’un club Martiniquais.
Aller plus loin et mettre en place s’ils le souhaitent des courses de bateaux
Les meilleurs pilotes locaux  peuvent prendre le départ d’une manche du championnat de France de jet qu’ils soient officiellement les représentants de la Martinique en courant sous les couleurs d’un club FFM Martiniquais
Faire de la Martinik Cup de juin prochain une manifestation qui pourra recevoir la participation de pilotes venant de France.

David Dimbour, son Président,  définit l’association  Jet Attitu’d comme un Bâtisseur de Paradis et a la volonté de faire de la Martinique une destination de passionnés de jetski et des plus grands pilotes mondiaux.

L’aventure continue!

Photo : Jean-Guy Covert (vu sur le site imaniye.net)

Né en 1932 à Fort-de-France, Frantz Charles-Denis est fils unique d’une famille aisée. Il apprend très jeune le piano auprès du célèbre musicien Victor Coridun. Quand il part faire ses études en France, sa passion pour la musique et la danse l’anime toujours.
A Paris, il suit les cours de danse de Catherine Dunham, et crée un groupe de danse, Miyo, qui anime durant quelques mois un Club Olympique en Corse puis enchaîne des galas en province.
Francisco découvre le judo qui devient sa passion.
Fortement influencé par la musique cubaine, de retour à Paris il crée en 1950, son propre cabaret, l’Escale, avec le pianiste martiniquais Frank Rosine. Il s’envole ensuite pour une tournée mémorable en France et en Europe.
Il retourne en Martinique en 1955 et monte en 1956 La Paillote, un dancing très populaire séduit par son jeu teinté de musique latine.
Il valorise le tambour dans la musique martiniquaise qui est considéré comme l’instrument des campagnes.
Il anime des conférences sur le rôle du tambour dans la société, part à la rencontre de Ti-Emile à Sainte-Marie, et organise le 1er festival consacré au tambour à Fort-de-France en 1960. Il plonge dans les racines de la tradition martiniquaise, fréquente les lieux les plus reculés de l’île, participe aux rondes de danmyé rythmées par le tambour bèlè.
En 1957, il tourne dans La Mauvaise Graine. Cette même année, il composera deux de ses grands succès, « Fanm Matinik dou » et « Caroline » au Shango, dancing créé avec Frantz Guanel .
En 1958, un nouveau genre musical en compagnie de Marius Cultier et Jack Gil : la biguine latino et la biguine lélé qui marie le tambour traditionnel bèlè à la biguine.
Il s’installe à Porto-Rico pour plus d’un an, où il joue dans des orchestres locaux, avant d’enregistrer un album, puis au Vénézuela, où il sortira deux autres disques.
De retour en Martinique, il ouvre La Plantation, un night-club très prisé où il recevra des célébrités comme Kirk Douglas ou Jean Marais.
Homme aux talents multiples, artiste complet, Francisco s’est fait acteur, champion d’arts martiaux, et responsable du service artistique et culturel de l’agence régionale de développement touristique de la Martinique.
Au long de sa carrière, il a composé plus d’une soixantaine de chansons et a enregistré une quinzaine d’album.
En 2003, Francisco reçoit le grade d’Officier de l’Ordre National du Mérite.
A l’âge de 71 ans, l’artiste ne fait plus que de rares apparitions en public en raison de la maladie qu’il combat depuis plusieurs années.
Francisco est véritablement inscrit dans l’histoire de la musique martiniquaise.

Source: Agaca.net

Ce dimanche 30 Janvier a été festif et annonce de bons moments dans les rues de Fort-de-France avant le Carnaval.

Tout d’abord s’est déroulée la 1ère manche du Challenge Jet Attitu’d. Des pilotes martiniquais ont affronté, des pilotes guadeloupéens et 2 grands champions du monde: Teddy Pons et Cyrille Lemoine (10xChampions du monde) sur la plage de la Française à Fort-de-France.

Nombreux furent les spectateurs: Martiniquais et touristes qui ont apprécié la course et qui en ont eu plein les yeux avec le Matnik Caribbean Carnival.

Des couleurs, de la musique et de la vie.

Sport et Culture voilà deux des piliers de notre paradis. Ce fut un excellent dimanche.

« On ira tous au Paradis ». Installation éphémère dans le marigot du Diamant.2,5m.Bois.Acrylique.Cyclistes.Lézards.


Ce dimanche 30 Janvier, Ouverture officielle du Carnaval de Fort-de-France : La Capitale propose un tour de chauffe dans ses rues. De la Martinique ou d’ailleurs, les groupes aux couleurs chatoyantes avec leurs musiques entraînantes vous feront apprécier les prémices du carnaval.
Au programme une démonstration de combats de coqs, un défilé de robes traditionnelles d’hier et d’aujourd’hui avec l’association Fanm’ Kréol et une présentation du groupe Afwo Karayib.
De nombreux exposants seront présents. On retrouvera notamment les associations Charivari, Koré Karnaval, les diables rouges, les personnages du carnaval, des ateliers de maquillage… « Ce n’est pas un podium de fête patronale, aime à dire Alain Richard, mais un espace où tout un chacun est acteur, un espace où on défend les vraies valeurs du carnaval. Il est possible de créer chez nous une vraie industrie du carnaval ».
Le village fermera ses portes en début d’après-midi et laissera place à la parade qui débutera à 15 heures. Vingt-trois groupes sont attendus avec comme invités les trois meilleurs groupes de la Guadeloupe : Restan-là de Gosier, Kalson-là et Waka de Basse-Terre. Ces derniers vont défiler avec leurs costumes de carnaval de 2010. Les groupes ont l’obligation de défiler en costumes. Le point de départ de la parade se fera devant le marché touristique (bord de mer), direction ensuite le boulevard Chevalier-Sainte-Marthe et ensuite le boulevard Général-de-Gaulle (côté sud Atrium). La fête promet d’être belle.

Source: France-Antilles.com

Le guide touristique joue un rôle fondamental dans la réussite des visites en offrant au touriste les informations qu’il souhaite.
Il revêt actuellement une importance cruciale, étant donné sa contribution effective au développement du secteur touristique et le rôle qu’il joue dans la réalisation des objectifs.

Il est polyvalent et possède une profonde connaissance de l’histoire, de la géographie, de la sociologie et des moeurs et traditions courantes dans sa région.

Il est la vitrine de notre accueil , garde toujours le sourire et le 1er intermédiaire avec nos touristes.

Il est un maillon essentiel, comme tous les acteurs du tourisme.
Il est un véritable Bâtisseur de Paradis.

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 4 832 autres abonnés

Votre actualité sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Edito

Installé en décembre 2003, le CMT est un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC) ayant pour mission de faire de la Martinique une destination touristique recherchée et prospère.

Notre Page Facebook



Bientôt : 1 semaine, 1 commune

septembre 2019
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :