You are currently browsing the tag archive for the ‘ile’ tag.

Lucien Jean-Baptiste et toute son équipe sont actuellement en tournage en Martinique pour leur 2nd film.
Pour les besoins du tournage Lucien Jean-Baptiste a capturé des images de notre Carnaval, ce qui lui offre une scène d’expression nationale.
Une comédie qui décrit la réalité martiniquaise dans sa complexité identitaire et ses paradoxes, en suivant un « négropolitain » qui rentre en Martinique.

Il découvre alors une réalité qu’il n’imaginait pas et qui va l’amener à se redécouvrir.

Un film prometteur et souhaitons-lui des millions de couleurs d’étoiles!

Publicités

Toujours désireux d’aller plus loin dans la réalisation de ses évènements nautiques de qualité et satisfaire un public de plus en plus nombreux, le comite de Jet Attitu’d à l’honneur de faire savoir qu’ils sont maintenant affiliés à la Fédération Française de motonautisme.

Déjà affiliés  à l’UFOLEP qui les a accompagné dans la mise en place des quelques 7 manifestations  sous leurs couleurs entre juillet 2009 et janvier 2011, ils peuvent maintenant:

Permettre aux pilotes qui participeront au championnat du monde de courir sous les couleurs d’un club Martiniquais.
Aller plus loin et mettre en place s’ils le souhaitent des courses de bateaux
Les meilleurs pilotes locaux  peuvent prendre le départ d’une manche du championnat de France de jet qu’ils soient officiellement les représentants de la Martinique en courant sous les couleurs d’un club FFM Martiniquais
Faire de la Martinik Cup de juin prochain une manifestation qui pourra recevoir la participation de pilotes venant de France.

David Dimbour, son Président,  définit l’association  Jet Attitu’d comme un Bâtisseur de Paradis et a la volonté de faire de la Martinique une destination de passionnés de jetski et des plus grands pilotes mondiaux.

L’aventure continue!

Photo : Jean-Guy Covert (vu sur le site imaniye.net)

Né en 1932 à Fort-de-France, Frantz Charles-Denis est fils unique d’une famille aisée. Il apprend très jeune le piano auprès du célèbre musicien Victor Coridun. Quand il part faire ses études en France, sa passion pour la musique et la danse l’anime toujours.
A Paris, il suit les cours de danse de Catherine Dunham, et crée un groupe de danse, Miyo, qui anime durant quelques mois un Club Olympique en Corse puis enchaîne des galas en province.
Francisco découvre le judo qui devient sa passion.
Fortement influencé par la musique cubaine, de retour à Paris il crée en 1950, son propre cabaret, l’Escale, avec le pianiste martiniquais Frank Rosine. Il s’envole ensuite pour une tournée mémorable en France et en Europe.
Il retourne en Martinique en 1955 et monte en 1956 La Paillote, un dancing très populaire séduit par son jeu teinté de musique latine.
Il valorise le tambour dans la musique martiniquaise qui est considéré comme l’instrument des campagnes.
Il anime des conférences sur le rôle du tambour dans la société, part à la rencontre de Ti-Emile à Sainte-Marie, et organise le 1er festival consacré au tambour à Fort-de-France en 1960. Il plonge dans les racines de la tradition martiniquaise, fréquente les lieux les plus reculés de l’île, participe aux rondes de danmyé rythmées par le tambour bèlè.
En 1957, il tourne dans La Mauvaise Graine. Cette même année, il composera deux de ses grands succès, « Fanm Matinik dou » et « Caroline » au Shango, dancing créé avec Frantz Guanel .
En 1958, un nouveau genre musical en compagnie de Marius Cultier et Jack Gil : la biguine latino et la biguine lélé qui marie le tambour traditionnel bèlè à la biguine.
Il s’installe à Porto-Rico pour plus d’un an, où il joue dans des orchestres locaux, avant d’enregistrer un album, puis au Vénézuela, où il sortira deux autres disques.
De retour en Martinique, il ouvre La Plantation, un night-club très prisé où il recevra des célébrités comme Kirk Douglas ou Jean Marais.
Homme aux talents multiples, artiste complet, Francisco s’est fait acteur, champion d’arts martiaux, et responsable du service artistique et culturel de l’agence régionale de développement touristique de la Martinique.
Au long de sa carrière, il a composé plus d’une soixantaine de chansons et a enregistré une quinzaine d’album.
En 2003, Francisco reçoit le grade d’Officier de l’Ordre National du Mérite.
A l’âge de 71 ans, l’artiste ne fait plus que de rares apparitions en public en raison de la maladie qu’il combat depuis plusieurs années.
Francisco est véritablement inscrit dans l’histoire de la musique martiniquaise.

Source: Agaca.net

« On ira tous au Paradis ». Installation éphémère dans le marigot du Diamant.2,5m.Bois.Acrylique.Cyclistes.Lézards.


Ce dimanche 30 Janvier, Ouverture officielle du Carnaval de Fort-de-France : La Capitale propose un tour de chauffe dans ses rues. De la Martinique ou d’ailleurs, les groupes aux couleurs chatoyantes avec leurs musiques entraînantes vous feront apprécier les prémices du carnaval.
Au programme une démonstration de combats de coqs, un défilé de robes traditionnelles d’hier et d’aujourd’hui avec l’association Fanm’ Kréol et une présentation du groupe Afwo Karayib.
De nombreux exposants seront présents. On retrouvera notamment les associations Charivari, Koré Karnaval, les diables rouges, les personnages du carnaval, des ateliers de maquillage… « Ce n’est pas un podium de fête patronale, aime à dire Alain Richard, mais un espace où tout un chacun est acteur, un espace où on défend les vraies valeurs du carnaval. Il est possible de créer chez nous une vraie industrie du carnaval ».
Le village fermera ses portes en début d’après-midi et laissera place à la parade qui débutera à 15 heures. Vingt-trois groupes sont attendus avec comme invités les trois meilleurs groupes de la Guadeloupe : Restan-là de Gosier, Kalson-là et Waka de Basse-Terre. Ces derniers vont défiler avec leurs costumes de carnaval de 2010. Les groupes ont l’obligation de défiler en costumes. Le point de départ de la parade se fera devant le marché touristique (bord de mer), direction ensuite le boulevard Chevalier-Sainte-Marthe et ensuite le boulevard Général-de-Gaulle (côté sud Atrium). La fête promet d’être belle.

Source: France-Antilles.com

Le guide touristique joue un rôle fondamental dans la réussite des visites en offrant au touriste les informations qu’il souhaite.
Il revêt actuellement une importance cruciale, étant donné sa contribution effective au développement du secteur touristique et le rôle qu’il joue dans la réalisation des objectifs.

Il est polyvalent et possède une profonde connaissance de l’histoire, de la géographie, de la sociologie et des moeurs et traditions courantes dans sa région.

Il est la vitrine de notre accueil , garde toujours le sourire et le 1er intermédiaire avec nos touristes.

Il est un maillon essentiel, comme tous les acteurs du tourisme.
Il est un véritable Bâtisseur de Paradis.

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 4 822 autres abonnés

Instagram!

Tu es Bâtisseur de Paradis? Du 16/11 au 29/11 Partage ta Martinique avec un Ami. Rdv sur notre page FB Laure Joseph, artisan voilier, Bâtisseur de Paradis de Sainte Luce #paradistour #Martinique #batisseurdeparadis La plage de Corps de Garde à Sainte Luce #paradistour #batisseurdeparadis #Martinique Albert Poulin, restaurateur, Bâtisseur de Paradis de Sainte Luce #paradistour #Martinique #batisseurdeparadis

Edito

Installé en décembre 2003, le CMT est un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC) ayant pour mission de faire de la Martinique une destination touristique recherchée et prospère.

Notre Page Facebook



Bientôt : 1 semaine, 1 commune

octobre 2017
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
%d blogueurs aiment cette page :