Lancée en 1995,  toutes les actions de l’arbre à vie portent sur la problématique de la publicité sauvage en passant par l’affichage sauvage, la lutte contre la multiplicité des pré enseignes non conforme dans les carrefours et aux abords des routes et le combat contre la publicité sauvage des 4X3.
Minutieusement, elle propose des solutions  avec un partenariat fort venant de la Sous-préfecture et de la direction régionale de l’environnement et  le concours du Conseil Général, du Conseil Régional, de la commune du Robert « ville pilote ».
La réussite des produits inaugurés est telle que Madame Dominique VOYNET demande à rencontrer le président Emmanuel MARIE-LUCE afin de comprendre comment dans un si petit département des solutions qui ne sont pas envisagées dans l’hexagone réussissent en Martinique.
Un outil règlementaire est créé sur la base de la loi pour l’affichage électoral et en même temps pour l’affichage libre (voir au Robert, Sainte-Anne, Prêcheur etc.)l’idée est d’une simplicité pour enrayer l’affichage, il faut mettre en place des panneaux règlementaires et une gestion de ces panneaux et les utiliser en période électorale.
Sur la question de multiplicité des pré-enseignes, pour contrer la loi obsolète de 1979, il faut s’appuyer sur la loi BARNIER du 2 février 1995 pour la protection des sites et des paysages et c’est sur cette base que l’association propose et inaugure la pré-enseigne collective toujours avec le concours de l’Etat et de la ville du Robert (Maire Delépine), ce panneau va alors résoudre le problème de cette loi de 79 qui prévoit une dimension de 1MX1M50 PAR ENTREPRISE chose impossible de nos jours puisque aujourd’hui « la ville est à la campagne trop d’entreprises à signaler» la solution est donc trouvée avec la « pré-enseigne collective » qui devient un outil d’intérêt public sous l’autorité du maire.(voir au Robert).
Des labels, des trophées locaux et nationaux ont jonchés le parcours de l’arbre à vie, de L’ARDTM en passant par le CMT et le PNRM , le Ministère de l’écologie et de l’environnement, le dernier « diplôme » en date est Le trophée du tourisme du 17 décembre 2009 ; mais globalement cette démarche a engendré un dispositif avec l’implication du Ministre Dominique VOYNET qui s’inspirant du travail de l’arbre à vie va en 2000 instaurer un nouveau dispositif appelé « Règlement local de publicité » en lieu et place du règlement spécial de publicité d’alors qui se mettait en place en intercommunalité.
C’est grâce à ces outils qui sont mise en place en Martinique que nous considérons que  l’arbre à vie est « bâtisseurs de ce paradis».

Voir le projet sur http://www.arbreavie.fr, on ne peut enlever à L’arbre à vie ce qui appartient à l’arbre à vie, la population est témoin et nous porte dans son cœur, quand on dit « affichage sauvage » irémédiablement, on pense ARBRE à VIE !

Fière de ses 16 années de combat pour une Martinique plus belle.