You are currently browsing the daily archive for 5 janvier 2011.

La Maison du Tourisme de Trinité vient d’ouvrir ses portes.
Un bâtiment flambant neuf au coeur de la ville, prêt à accueillir touristes et visiteurs de passage.
Ces nouveaux locaux permettront d’améliorer les conditions de travail de l’équipe de l’Office du tourisme et d’organiser différentes manifestations comme des ateliers culinaires ou encore des activités autour de l’artisanat. Annick Charlec, directrice de l’Office entend bien utiliser ce nouvel espace pour développer l’action touristique dans la ville de Trinité.

Publicités

Intellectuel jusqu’au tréfonds de lui-même et agriculteur jusqu’au bout des ongles!
Cet escogriffe placide allie les contraires, joue du ying et du yang, présume l’harmonie d’un peuple réconcilié avec lui-même.
«Il y a une telle peur et un tel mépris pour le secteur primaire en Martinique, explique-t-il, que j’ai voulu prouver que l’on pouvait travailler la terre et créer des emplois. Même quand je poursuivais mes études de philosophie, à Paris, je savais que je deviendrais agriculteur.» Mais «il faut bien vivre». Alors, lorsqu’il rentre au pays, au milieu des années 1970, il devient prof.
Petit à petit, il économise, achète 1,5 hectare au Morne-Vert et investit dans ses premières ruches. Puis, un jour, c’est le grand saut: il démissionne. «Ce qui a surtout choqué les gens, c’est que je quitte un boulot sûr et propre pour un boulot sale et aléatoire.»
C’était il y a vingt-cinq ans. Vingt-cinq ans sans vacances, vingt-cinq ans d’ «obsession», au terme desquels il est devenu n° 1 de l’apiculture et l’un des plus importants de l’aquaculture. Il a tout appris dans les livres. Comme il a construit lui-même sa maison et ses établis en lisant des ouvrages techniques, il a tiré sa science des abeilles puis des crustacés en dévorant toute la littérature afférente – «J’en redemande toujours». Et en observant la nature. Seul, de nuit comme de jour. Une observation qui permettra peut-être à cet éleveur de Macrobrachium rosenbergii (crevette d’eau douce) de reproduire les fameux «zabitants», ces écrevisses sauvages noctambules tant prisées des Martiniquais.
En attendant ce jour faste, sa miellerie et son écloserie -qui emploient six ouvriers, tous permanents et polyvalents – tournent à 100%.

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 4 832 autres abonnés

Edito

Installé en décembre 2003, le CMT est un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC) ayant pour mission de faire de la Martinique une destination touristique recherchée et prospère.

Notre Page Facebook



Bientôt : 1 semaine, 1 commune

janvier 2011
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :